Écarts et correspondances

Le musée Barbier-Mueller & Jacques Kaufmann, artiste céramiste

30 mars 2022 02 octobre 2022

Une exposition

Le projet s’est construit autour de rapprochements entre des pièces sélectionnées dans les collections Barbier-Mueller et des œuvres que Jacques Kaufmann a réalisées dans son atelier et dans le monde, sur des temps longs, tentant d’en cerner les points de rencontre comme les écarts.

Le regardeur faisant le tableau, cette exposition met en lien des œuvres d’origines, de temporalités, de matérialités diverses, de sorte que le visiteur crée pour lui-même ses propres correspondances, enrichissant les résonances proposées.

Une figurine punuk d’Alaska et deux statuettes des Cyclades dialoguent avec « Nombril », 2021, de Jacques Kaufmann. Musée Barbier-Mueller, photo Luis Lourenço.

Une rencontre

Sanctuaire d’objets d’origines diverses, tous plus remarquables les uns que les autres, le musée Barbier-Mueller rassemble une collection reconnue internationalement comme un haut lieu des arts dits « primitifs », ou « arts lointains », selon la variation des terminologies dans le temps.

La céramique, qui s’inscrit dans le champ de l’art contemporain et de ses pratiques contextuelles, cherche également à rencontrer ce qui fait permanences et écarts au sein des expressions humaines, à travers le temps et l’espace. Dans le domaine des arts, le passé ne passe pas vraiment. Les formes se réactivent, re-émergent, se réapproprient les unes et les autres, se retrouvent.

Les écarts, correspondances, conjonctions, analogies, intervalles entre des œuvres permettent de percevoir tout ce qui peut contribuer à rendre effectif cet effort collectif de l’humanité dans la durée pour répondre à ses besoins fondamentaux d’ordre spirituel. Les permanences et les mouvements des formes contredisent la notion de progrès en art.

Origine/L’ombre d’un doute de Jacques Kaufmann côtoie une statuette néolithique anatolienne des collections Barbier-Mueller. Musée Barbier-Mueller, photo Luis Lourenço.

Cette exposition figure au programme du 50e Congrès de l’Académie Internationale de Céramique organisé par swissceramics, qui se tiendra au Centre International des Congrès de Genève du 12 au 16 septembre 2022 sur le thème « Melting Pot. Du creuset alchimique au creuset culturel ». Cet événement s’accompagne de 35 expositions majeures organisées par des musées et des galeries partenaires en Romandie.

Catalogue d’exposition>

À l’occasion du vernissage de l’exposition, Jacques Kaufmann discute de l’exposition avec Anne-Claire Schumacher, conservatrice responsable au musée Ariana, et Laurence Mattet, directrice du musée Barbier-Mueller.

Visites commentées

Dimanches 5 juin et 26 juin à 14h30

Activité participative : Construction d’un abri en terre crue avec Jacques Kaufmann dans la cour intérieure du musée

Jacques Kaufmann a érigé un abri en argile en forme de demi-dôme. Il a pu compter sur la participation d’étudiantes, d’Ami-e-s du Musée Barbier-Mueller et de visiteurs.

L’abri construit par Jacques Kaufmann dans la cour intérieure du musée. Photo Luis Lourenço.

Dessiner sur la surface de l’abri

Dès le 26 mai, les visiteurs sont invités à dessiner sur la surface de l’abri avec de l’engobe qui sera mise à leur disposition.

L’artiste évoque ci-dessous l’érection de l’abri.

Jacques Kaufmann étale et lisse l’argile de la structure.

L’abri a pu être érigé grâce au généreux soutien de

Ateliers de céramique organisés par Jacques Kaufmann

Mercredis 18 mai et 15 juin à 14h30