Les Barbus Müller

Leur énigmatique sculpteur enfin démasqué !

04 mars 2020 27 septembre 2020

Qui sont les Barbus Müller ? En 1939, des sculptures étranges commencent à circuler sur le marché des antiquités parisien. Doté d’une curiosité sans limite, Josef Müller – le fondateur de la collection Barbier-Mueller que le musée éponyme expose – ne manque pas d’être attiré par ces créations en basalte et en acquiert un lot.

En 1945, la curiosité de Jean Dubuffet est éveillée. Il court en voir dans l’atelier du socleur japonais Inagaki. Fasciné par ces créations insolites qui partagent un air frappant de ressemblance, il les baptise toutes « Barbus Müller », probablement d’après la barbe qu’arborent certaines pièces et le nom de Josef Müller qui en a acquis le plus grand nombre. Il les publie dans une petite plaquette qui contient le texte fondateur de son concept d’Art Brut (la réédition de la plaquette est encartée dans le catalogue de la présente exposition). Il organise aussi une exposition en 1947 dans le Foyer de l’Art Brut à Paris. Il acquiert ultérieurement trois pièces de ce type.

De ces statues, on ne savait rien. Acquises par Josef Müller comme « têtes celtiques en pierre, Vendée », diverses provenances leurs sont attribuées au fil du temps : Amériques, Océanie voire l’œuvre d’un sculpteur autodidacte.

L’énigme semble aujourd’hui résolue. Grâce à une étude fouillée menée par le passionné Bruno Montpied, l’identité du sculpteur est dévoilée (en tout cas pour certains de ces Barbus Müller).

Réunissant une vingtaine de Barbus de sa propre collection et de prêteurs publics et privés, le musée Barbier-Mueller met en regard ces derniers avec des œuvres de cultures lointaines, sélectionnées dans ses collections, pour évaluer ressemblances et divergences. Elles fraterniseront comme auparavant dans le regard et la réserve de Josef Müller.