Une boite à miel ?

26 avril 2020

« Un tonneau d’écorce pour tout vêtement,
Le sculpteur surveilla mon indécence avec grand soin.
De ma mère je tiens les jambes courtaudes
Et je ne suis pas peu fier de mon appareil génital
Hérité d’un père prince et guerrier.
Mes yeux clignent avec noblesse »

Marcelin Mboko

Les Mangbetu de la République démocratique du Congo ont conçu différents types de boîtes dont les plus élaborées et inventives sont anthropomorphes. Ce réceptacle en bois et écorce, était destiné à contenir de menus objets personnels tels les bijoux et non du miel selon l’affirmation communément répandue.

Le style naturaliste des sculptures mangbetu reflète une esthétique corporelle distinguant les membres de l’aristocratie de l’époque. Masser quotidiennement la tête des nourrissons et l’envelopper de cordelettes – lorsque les os étaient encore tendres et les sutures entre ceux du crâne pas encore soudées – provoquait son allongement, accentué par un chignon constitué d’une multitude de tresses, et bridait les yeux. Quant aux stries pyrogravées qui marquent le visage, elles témoignent du goût du moment pour les tatouages ou les peintures corporelles pratiquées au jus de gardénia.

Boite dite « à miel ». Mangbetu, République démocratique du Congo. Bois et écorces. H. 54,6cm. Inv. 1026-469.
Photo studio Ferrazzini-Bouchet. Musée Barbier-Mueller