Une hache de la culture de Kerman

10 avril 2020

« Petit cheval froid
Quel est ce parfum de fleur de couteau ? »
Federico Garcia Lorca


Les haches dont la forme évoque un cheval au galop sont fréquentes dans l’art du Luristan vers 1000 av. J.-C. Mille ans plus tôt, nous nous trouvons ici en présence de l’ancêtre de ces objets : une arme d’apparat en cuivre pur, comme sa couleur rouge en témoigne. La crinière de l’animal est nettement visible sur le manche incliné, à gauche.

Iran, culture de Kerman, vers 2000 avant J.-C . L. 21,8 cm. Bronze à faible teneur en étain. Patine grenat. Inv. 241-7.
Photo Studio Ferrazzini Bouchet. Musée Barbier-Mueller.

Avec ces lignes d’une grande pureté, cette hache zoomorphe représente probablement un protomé stylisé de cheval. En crête découpée, la crinière forme le talon longé autrefois par le manche en matière organique. En raison de l’inclinaison de la lame, le tranchant en croissant perd toute son efficacité. Par la symbiose entre l’arme et l’animal, cette hache d’apparat préfigure les haches à douille du Luristan.

Cette description de Jean Louis Zimmerman est issue du livre Art antique dans les collections du Musée Barbier-Mueller, 1991.

Pour des commentaires, retrouvez-nous sur Facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn.