Paire de disques pectoral de protection

Paire de disques pectoral de protection

Paire de disques légèrement convexes. La plaquette en fer rivetée que l’on distingue au
pourtour de chacun d’eux indique qu’ils étaient originellement fixés à une épaisse lanière
de cuir. On pouvait ainsi les porter en bandoulière, pour protéger la poitrine (d’où le nom
de cardiophylakes) et le dos. L’un des disques est renforcé par une plaque en fer.

Le décor en repoussé représente un quadrupède monstrueux, à double protomé, mi-cheval, mi-oiseau. Des bossettes de chaque côté de la figure et autour du disque, sur
deux rangs, animent le reste de la surface.

Cette arme de parade, typique du Picenum, a un parallèle exact au musée de Chieti
(inv. 4933-4) (paire éponyme du groupe dit « de Paglieta »). Et le monumental « guerrier
de Capestrano », la plus importante statue de pierre trouvée en Italie centrale, montre
comment on la portait.

Publ. : Barbier 2000, p.112 ; Dörig 1975, n°187 A, B (notice J.Chamay) ; Zimmermann
1991, p. 92 et 93 (planche).