Fibule à arc serpentant et composite

Fibule à arc serpentant et composite

Cette fibule allie une structure délicate composée de tiges de bronze, pour certaines
cannelées, à un décor aux reflets lumineux obtenus grâce aux nombreuses perles
sphériques en pâte de verre coloré, ambre et coquillage s’égrenant sur les tiges verticales
flanquant la partie centrale et les deux tiges plus fines de la partie postérieure.

À la
plaquette ovale abaissée formant la partie médiane de la broche succèdent trois tiges
cannelées courbes qui se prolongent en ardillon. À l’avant, la tige s’arque en boucle
puis redescend pour se terminer en biseau.

La stylisation adoptée pour représenter les deux oiseaux perchés sur la courbe postérieure
et celui fixé au centre de l’arc évoque la stylisation géométrique de la culture villanovienne
du VIIIe siècle avant J.-C., alors que l’abondance de l’ornementation peut être considérée
comme une expression de l’esthétique orientalisante étrusque du VIIe siècle avant J.-C.

Objets somptueux, de telles fibules représentaient un symbole de statut et un signe
extérieur de richesse qui accompagnaient parfois le défunt dans la tombe.