Masque

Masque

Formant un masque cagoule, le cuir souple dissimule le visage et le cou du porteur. En toute simplicité, un visage émerge de cette surface plane et colorée. Trois perforations circulaires rehaussées d’un minuscule coquillage définissent le regard et la bouche. Cette face sans relief ne prend vie que lorsqu’un visage d’homme vient s’y apposer. La chevelure de laine noire et drue encadre le front tandis qu’une plume unique semble glissée derrière une oreille imaginaire. La surface du cuir est divisée en deux teintes distinctes, le brun couvrant ce visage rectangulaire et le blanc délimitant la zone du cou. Des motifs géométriques peints à l’aide de couleurs contrastées animent ces deux ensembles, formant un rythme de zig-zag sur la joue ou la scansion de lignes parallèles au niveau de la gorge.

La création de masques est très limitée chez les Navajo dont l’art du tissage et des peintures sur sable sont bien plus célèbres. Leur utilisation se restreint à un contexte cérémoniel éminemment sacré. Ils interviennent en effet lors du rituel hivernal « chemin de nuit » (night way) visant à rétablir l’harmonie entre le peuple des dieux et celui des hommes. Les Navajo s’adressent aux dieux yei sous l’autorité du Yei be chai ou dieu « parlant » (talking god) ; ces derniers attendent d’être adorés, vénérés par les hommes auxquels ils accorderont leurs bienfaits. Au neuvième et dernier jour de la cérémonie hivernale, la danse yei be chai se produit jusqu’à l’aube. Six danseurs et six danseuses forment le cortège de masques, conduit par le personnage du Yei be chai. Tous les visages de cuir présentent un aspect similaire, différencié seulement par les motifs géométriques peints sur les yeux, les joues et le cou. Le nombre de plumes semble significatif de l’importance du dieu masqué ; ainsi, le Yei be chai porte une couronne de plumes, tandis que ses suiveurs n’en exhibent qu’une ou deux. Cette danse invoquant l’harmonie entre le monde terrestre et le monde surnaturel constitue la source iconographique la plus prisée des tissages navajo au raffinement hors du commun.

Bibl : N. Feder, 1965 ; E. L. Wade, 1986 ; Dr A. Wardwell, M. F. Willaumez, 1995.