Masque cimier

Masque cimier

Sur le plan stylistique, on distingue trois types de cimiers tyiwara, correspondant chacun à un secteur d’implantation des Bamana : le cimier de type « vertical » se rencontre essentiellement dans la partie orientale du territoire bamana, délimité au nord par la ville de Ségou et au sud par celle de Sikasso. Le cimier de forme très abstraite est en revanche originaire de la région du Ouassoulou, située dans le sud-ouest du territoire. Le troisième type - qui, en raison de l’orientation horizontale des cornes, est lui-même qualifié d’horizontal - est utilisé dans la région de Bamako et dans le nord-ouest du territoire. C’est à ce dernier type que se rattache cette sculpture, encore fixée sur la calotte en vannerie qui permettait de la positionner sur la tête du porteur. Le fait que le corps et la tête de l’animal aient été sculptés séparément, puis reliés par un bandeau métallique, est caractéristique de ce type de cimier.

La figure, dont la tête et le tronc sont ornés de bandeaux à chevrons, de rangées de cercles et de rangées de petits triangles en creux, représente une créature hybride. Elle a certes été dotée de longues cornes annelées de l’antilope hippotrague (Hippotragus equinus) mais elle a une tête, un tronc, des pattes et une queue qui rappellent ceux de l’oryctérope (Orycteropus afer), tout comme du reste la langue qu’on aperçoit dans la bouche entrouverte. L’oryctérope est connu pour la puissance et la rapidité avec lesquelles il creuse galeries et grottes souterraines. Il est possible qu’en raison de ses qualités, il tienne lieu de modèle aux paysans bamana.

La figure féminine, fixée à l’aide de deux clous métalliques sur les cornes de l’antilope, renvoie à la culture de la terre, car plus la récolte d’un Bamana est importante, plus il est convoité par les femmes, et plus il peut en nourrir. Les Bamana considèrent en outre qu’il y a une certaine analogie entre l’acte sexuel et l’encensement de la terre. Sexualité et travail agricole sont étroitement liés, puisque tous deux assurent la survie de l’espèce.