Support circulaire aux mouflons passants

Support circulaire aux mouflons passants

On connaît désormais une série cohérente de supports en cuivre : les plus petits ont la forme d’une fourche à trois ou quatre branches couronnée par un sommet annulaire et sont portés par un animal ou plus rarement par un homme, tandis que les plus grands ont la forme d’un cylindre ou « tambour » ajouré dont l’armature est constituée de deux grands anneaux circulaires horizontaux reliés par des montants verticaux ou croisés : des animaux passants viennent en animer les cadres.

Presque tous les animaux représentés sur l’ensemble des supports sont liés à la chasse : mouflons à cornes lisses ou annelées, comme c’est le cas ici, ibex, bouquetins, grands cervidés, sangliers et enfin chiens. Des taureaux et des oiseaux sont également attestés. Trait caractéristique de ces figurations répétées, la tête de l’animal est tournée vers la droite alors que, dans le cas des supports simples, elle est dans le prolongement du corps.

Ces objets servaient à soutenir des cruches à fond arrondi ou des plats – peut-être même des braseros – et étaient visiblement des objets d’apparat. Faute d’un contexte archéologique précis, on ne peut que supposer leur emplacement d’origine : des temples ou des tombes. Une transposition possible en céramique de ces grands supports est apparue récemment sur le marché de l’art [1] : elle se présente comme un manchon à bords annulaires, orné au registre supérieur de cinq poissons et au registre inférieur de deux bouquetins passants dont la tête en relief est tournée de côté. Un tel décor évoque les cultures de Nal ou de Kulli, établies dans le Makran, au Pakistan [2].

[1Cat. vente Paris 2003, p. 40, n° 97.

[2Bibliographie générale : Benoit 2000 ; Benoit 2003b ; Amiet 2004 (sur les supports complexes : p. 10- 18, fig. 15-21, p. 23-25).