Figure tubulaire

Figure tubulaire

Certains spécialistes [1] ont jugé que ces « idoles » tubulaires formaient une troisième et
dernière étape dans la création de ces objets typiquement lurs. Véritables statuettes ayant
une face et un dos (d’autres, un peu plus anciennes, sont janiformes, et ont souvent des
têtes de coq fixées sur les épaules, quel que soit leur sexe, ce qui pose un problème pour
l’identification avec Sraosha, divinité masculine), il est évident que ce sont des images
liées à l’idée de la fertilité, comme le geste l’indique.

Avatar des « déesses mères »
connues dans toutes les civilisations du Proche-Orient depuis l’époque néolithique,
cousines d’Ishtar et d’Astarté, elles ne devraient donc rien à l’héritage mythologique
indo-iranien des Lurs. Ces statuettes, elles aussi, étaient fixées sur un support en bronze
au moyen d’une épingle, comme les « idoles » exubérantes, dont il est bien difficile
d’affirmer qu’elles étaient plus anciennes, ou plutôt contemporaines.

[1De Waele 1982, p. 116.