Garniture d'un fourreau de poignard

Garniture d’un fourreau de poignard

Une rangée de sept oiseaux de mer au long cou, présentés de profil, orne le bord
supérieur de la garniture de ce fourreau de poignard incurvé. Les garnitures de
fourreaux de poignard en bronze étaient des objets utilitaires typiques, associés aux
pasteurs chinois non Han qui habitaient le Dongbei (nord-est de la Chine) durant la
première moitié du Ier millénaire avant J.-C.

La corpulence des oiseaux et la puissance
de leurs pattes laissent penser qu’il pourrait s’agir de cygnes, gibier à plume populaire,
souvent chassé jadis au nord-est de la Chine. Ajouré, cet ornement présente des
ouvertures rectangulaires obliques, marquées par deux rangées d’hémisphères en relief
sur la face. Il est muni à chaque extrémité de deux anneaux carrés, l’un sur le bord
supérieur et l’autre sur le bord inférieur. Un éclat de métal visible à l’intérieur des
ouvertures du motif indique que la garniture du fourreau est un moulage d’une seule pièce. Les oiseaux semblent avoir été prémoulés, puis insérés dans le moule à fonte.

Une garniture de fourreau de poignard non décorée, de forme similaire, découverte dans
un cimetière chinois non Han à Xiaoheishigou, comté de Ningcheng, au sud-est de la
Mongolie intérieure, a été provisoirement datée entre le VIIe et le VIe siècle avant J.-C [1]. Une
autre garniture du même type, appartenant à la collection Eugene Thaw, est surmontée
d’une rangée de neuf oiseaux, dont l’espèce a l’air moins vigoureuse que celle des sept qui
ornent le présent modèle [2]. Les fourreaux semblent avoir été d’abord utilisés par des
Chinois non Han, avant d’avoir été adoptés par les Chinois de la dynastie Han.

Publ. : Barbier 1996, fig. 57, p. 57 ; Bunker 2006, fig. 6, p. 95.

[1Xiang et Li 1995, p. 17, fig. 22 : 5.

[2Bunker et al. 2002, p. 88.