Boucle de ceinture

Boucle de ceinture

Chacune des deux plaques ajourées qui forment cette boucle de ceinture est adornée de
deux guerriers debout tenant de courtes épées, de chaque côté d’un panneau central vide.

Deux oies aux pattes entremêlées figurent au-dessus et au-dessous de ce panneau. Le
corps de chaque guerrier est présenté de face, alors que leur tête est tournée de profil. Ils
portent une longue veste ceinturée, sur des pantalons bouffants – vêtements typiques des
nomades. Physiquement, ils se caractérisent par un nez proéminent et une chevelure
ondulée qui leur tombe sur les épaules. De tels détails laissent penser qu’il s’agit de
Caucasiens, probablement d’Asie occidentale.

De par leur physionomie et leur pantalon d’équitation, les deux personnages debout sont
similaires aux lutteurs représentés sur deux plaques de bronze découvertes dans une
tombe nomade du IIe siècle avant J.-C. à Kexingzhuang, près de Xi’an, dans la province
de Shaanxi [1].

Ce genre de scène illustre certains épisodes des traditions épiques orales de
pasteurs nomades des steppes eurasiennes. Représentées à l’origine sur des tissus –
tenant lieu de supports à une société nomade qui ne disposait pas d’édifices permanents
où exécuter des peintures murales –, elles ont été transposées par la suite dans du métal
pour former des boucles de ceinture [2].

Les figures représentées sur la présente boucle
pourraient être des Rouzhi, cavaliers nomades assujettis par les Hsiong-nou et absorbés
dans leur vaste empire steppique, comprenant à la fois des types anthropologiques
caucasiens et mongoloïdes.

Publ. : Bunker 2006, fig. 32a et b, p. 115.

[1Beijing 1962, pl. 103.5, 139, fig. 92-93 ; Bunker et al.1997, p. 337-338.

[2So et Bunker 1995, p. 90-91.