Tête janus

Tête janus

Cette double tête appartenait vraisemblablement à une statue mesurant entre 40 et 70 cm de haut. Les quelques têtes janus « Katsina » connues opposent en général un visage masculin à un visage féminin. Ici, les physionomies ne semblent toutefois pas différenciées, malgré quelques infimes détails. D’un point de vue formel, cette œuvre offre le témoignage rare de deux visages réalisés de façon quasi certaine par un seul et même sculpteur. Cette observation permet d’attester de l’existence de styles spécifiques propres à certains artistes qui, il y a deux mille ans environ, ont créé ces œuvres. Certes, le sculpteur s’est soumis aux conventions de style propres à l’art « Katsina », telles que le visage ovale, les yeux mi-clos, le nez court et le menton pointu, autant d’éléments constitutifs des canons habituels de ces statues en terre cuite. Néanmoins, l’artiste a imprimé une marque toute personnelle sur cette œuvre en jouant notamment sur les linéaments du visage. Sa manière se caractérise par des fronts courts et plats, des sourcils épais contrastant avec les yeux minuscules et les lèvres entrouvertes placées légèrement de biais. Enfin, certains autres détails, comme le traitement des sourcils, soulignés par d’épaisses hachures, se rapprochent davantage des caractéristiques des sculptures dites « Sokoto ». Ce vocabulaire stylistique commun entre « Katsina » et « Sokoto » amène à s’interroger : témoins d’influences culturelles multiples ou évolution d’une seule et même production ? Quoi qu’il en soit, ces éléments nous incitent à appréhender les rapports de diverses natures qu’entretenaient peut-être ces différentes cultures millénaires africaines.