Tête de statuette

Tête de statuette

Bien que tardive, cette petite tête à l’expression étonnée pourrait être replacée dans le contexte des rites d’inhumations du système de Bura. Il serait alors logique d’imaginer qu’elle a été autrefois assemblée soit à un buste de terre cuite, soit à une jarre (hémisphérique ou ovoïde) qui lui offrait un corps. Elle pourrait tout aussi bien revêtir un caractère votif, à l’image des petites terres cuites, têtes et statuettes, découvertes sur le site nigérien de Kareygoru, géographiquement et chronologiquement proche du système de Bura. La violente saillie de son nez en bec d’oiseau la rapproche stylistiquement de certaines figures de Kareygoru (voir Gado 1980, p. 78), tandis que la rondeur de ses yeux et de sa bouche, tout comme sa coiffure en tresses, trouvent un certain écho dans le corpus des terres cuites de Bura. La belle contradiction des lignes, opérée par la rencontre entre l’amorce du cercle qu’esquisse le front de la figure et le double collier qui délimite son visage, illustre la créativité artistique des cultures anciennes de la moyenne vallée du Niger.