Figure féminine en fer

Figure féminine en fer

Cette femme, (guan nege), forgée dans une seule pièce de métal, reste, de toutes les oeuvres bamana figurant dans des collections occidentales, l’une des plus étonnantes. Les détails de la bouche, les scarifications et le style de coiffure laissent penser que le maître forgeron a utilisé des outils miniatures habituellement semblables à ceux employés dans la sculpture sur bois. Avant la colonisation, seules des familles autorisées à fondre le fer pouvaient posséder une telle sculpture, qui, pour les forgerons, devait être à la source du pouvoir catalytique nécessaire pour transformer l’acier brut en métal utilisable.

Chez les Bamana, en effet, le rituel de la production du fer se déroulait dans la brousse, où les forgerons se retiraient loin de tout pour observer une période d’abstinence sexuelle avant de se mettre au travail. Ils construisaient trois fourneaux de haute taille, un mâle, un femelle et le dernier de sexe indéterminé.

Si le sacrifice de douze chèvres de couleur bronze et d’un coq rouge était de bon augure, les hommes nus lançaient l’opération en allumant le feu sous le minerai et en fermant les fourneaux. La figurine en fer placée sur la paroi du fourneau mâle présidait à la fusion et dispensait la force nécessaire pour que l’ensemble du processus se déroule dans de bonnes conditions. Durant toute l’opération, les forgerons n’avaient pas le droit de quitter le lieu sacré. À la fin, ils partageaient un repas rituel à base de viande sacrificielle et se répartissaient le fer brut.

Cette figure, dont la pose correspond à l’attitude normalement adoptée au moment de prononcer un serment sacré, illustre une qualité appelée dariya ou « acceptation ». Traditionnellement, les femmes acceptaient volontiers l’inconcevable, et leur comportement, comme celui des hommes, était régi par un code moral strict ; en effet, les forgerons perdaient leur pouvoir de fondre le fer ou de le sculpter s’ils commettaient l’adultère ou avaient des relations sexuelles avec des personnes qui ne forgeaient pas.