Ecran d'ancêtre

Ecran d’ancêtre

Alors que l’impact de l’art africain sur l’art occidental a été décrit de façon obsessionnelle, l’effet du vocabulaire formel occidental sur l’art africain ne suscite de l’intérêt que depuis peu. Les Kalabari sont un peuple du delta du Niger qui devint dès le XVIIe siècle un intermédiaire important entre l’Europe et l’intérieur du continent africain. Au contact des Occidentaux, les Kalabari passèrent d’une vie pauvre de pêcheurs à une richesse extrême. Ils firent complètement peau neuve en utilisant des objets et en pratiquant des rituels empruntés à l’Occident. D’abord actifs dans le trafic d’esclaves, ils adoptèrent, intégrèrent et assimilèrent de nombreux esclaves dans la société kalabari par un processus consistant à leur raser la tête, à les circoncire et à leur donner un nouveau nom. Si ceux-ci échouaient à maîtriser la langue ishaw, ils étaient soit exécutés soit vendus.

La société kalabari représentait une pépinière (forcing house) pour le flair entreprenant. Au cours du temps, des hommes qui étaient esclaves à l’origine accédèrent à des postes de haut rang, ce qui causa un dilemme étant donné qu’il leur était interdit d’approcher les châsses des ancêtres, lesquelles étaient source de grand pouvoir. La solution trouvée consista à adopter des objets étrangers pour ces Kalabari eux-mêmes « étrangers ». La famille Pokia, qui fournissait des pilotes aux bateaux occidentaux, créa la forme des écrans ancestraux qui s’inspiraient des portraits naturalistes occidentaux et, ensuite, des photographies qu’ils avaient vues sur des bateaux européens.

En règle générale, un écran ancestral se compose d’un cadre, de figures assises et d’habits importés revêtus par des chefs. Un tel écran serait commandé, souvent des années après sa mort, pour commémorer le souvenir d’un chef et gardé dans la salle de réunion de sa maison comme partie d’une installation sacrée complexe à laquelle des offrandes régulières étaient faites et les nouveaux membres de la maison présentés [1]. La figure centrale porte la coiffe de la mascarade de l’alagba qu’elle pratiquait de son vivant comme l’image de la maison. Les figures des côtés sont des partisans, alors que les têtes situées au sommet de l’écran sont normalement considérées comme des membres de la maison, celle entre les jambes comme un adversaire tué à la guerre [2].

[1Ces objets formaient le capital spirituel ancestral de la maison.

[2Alors que de tels écrans occupent toujours une place importante dans la vie des Kalabari, ils représentent maintenant un nouveau dilemme étant donné que les chefs de la maison chrétienne considèrent de plus en plus que leur religion et le don d’offrandes aux écrans sont antinomiques, incompatibles et
conflictuels.