Cuillère zoomorphe

Cuillère zoomorphe, Attribuée à un atelier du nord de la région des Guro

Selon nos informateurs, les anciens Guro, hommes et femmes, se servaient de cuillères pour manger le riz en sauce. Il semble qu’elles aient été assez répandues, notamment dans le Nord, mais on connaît mal leur signification ou leurs connotations. Les cuillères décorées n’étant plus guère utilisées de nos jours, on ne peut qu’émettre des conjectures sur leur fonction, mais il est probable qu’elles n’étaient pas d’un usage quotidien. Hans Himmelheber [1] nous parle d’un chef de village de Buafla qui « gardait ses cuillères festives dans un panier qu’il hissait et attachait au toit pour que son trésor soit en sécurité ».

Les sculptures de certaines cuillères témoignent d’une belle imagination et présentent une grande diversité de formes. Beaucoup sont de véritables chefs-d’œuvre. Tauxier, officier colonial français, fut le premier, en 1917, à signaler la valeur artistique de ces cuillères. Beaucoup portent des cornes de buffle sculptées, à l’extrémité de manches droits eux-mêmes souvent décorés de pommeaux ou d’anneaux. D’autres ont des têtes d’animaux qui, dans la mythologie guro, représentent des êtres dotés de force. En dehors des têtes de buffle très stylisées, on trouve des éléphants, des singes et des guépards. La partie creuse est généralement un peu ovale, voire ronde ; sa forme rappelle parfois les prototypes européens qui l’ont inspirée. Notons qu’il existe aussi des cuillères à très long manche (comme celles
produites dans certains ateliers des Dan), mais leur fonction nous reste inconnue.

[1Himmelheber 1943.